RVLN

Hénin-Beaumont. Quatre syllabes célèbres.

Ville vitrine. Ville défaite.

Ville où le rejet et la discrimination sont érigés en étendard, où ce qui était impensable hier (No pasaran !) se veut la nouvelle norme actuelle, décomplexée et populiste. Partout.

Mais, on le sait peu, Hénin-Beaumont est aussi une ville où la résistance s’organise. Et dans ce genre de contexte, face au péril, la résistance prend aussi une forme artistique.

Rivelaine, donc.

Car il faut exprimer son désarroi. Car il faut aller au front en biaisant pour mieux surprendre. Car le rock est par essence l’expression musicale    privilégiée de la contestation sociale et politique.

Et puis il y a cette géographie du ciel gris. Et les briques.

D’abord celles du nord de l’Angleterre : usines de Manchester ; ouvriers déclassés de l’ère Thatcher ; Joy Division, The Smiths.

Puis celles du Nord-Pas-de-Calais : friches post-industrielles minières et    textiles ; chômage de masse et désespoir ; Rivelaine (Pic à deux pointes et à long manche, utilisé dans les mines pour couper ou entailler les roches, selon le dictionnaire.), authentique groupe de rock, tranchant par les riffs de ses guitares saturées et percutant par ses rythmes incisifs, dénonciateurs par ses textes français, faussement apaisés, auscultant les obscurités de l’actualité dans lesquels marine la révolte face aux extrêmes.

 

Le groupe, aussi bien influencé par le rock français (Diabologum, Bashung, Michel Cloup duo, Mendelson) qu’anglo-saxon (Joy Division, the Smiths, Sonic Youth, Velvet Underground, Television,…) défend sur scène un son pugnace, brut, incisif, et énervé. La voix quant à elle est parfois douce, souvent habitée et révoltée, clamant des textes chargés d’humanité, d’amertume et d’espoir.

 

Après avoir sorti son premier EP en 2016, Memento Mori, enregistré au Fresnoy, Studio National des Arts contemporains, le groupe s’est produit, entre autre, à la fête de l’Humanité sur la « Petite Scène », pour l’ouverture de saison du Métaphone (9-9bis),en support d’Yves Jamait, au Musée d’Histoire Naturelle de Lille, pour le festival Faites de la chanson à Arras, sans oublier la tournée des cafés-concerts, petites salles, médiathèques et festivals de la région.

Depuis, ils sont accompagnés par le 9-9bis de Oignies, où ils ont pu créer un nouveau set live en résidence et enregistrer leur nouvel EP dont la sortie est prévue en janvier 2019.